Moi, cadre supérieure et deuxième femme – Dernière partie

par | 15 Sep, 2017 | Nouvelles | 13 commentaires

Tout me réussit au boulot…
Je suis plébiscitée par mes pairs…
Je suis reconnue dans le milieu… C’est le fruit d’un travail acharné… De ma bonne étoile aussi… C’est l’aboutissement de longues années d’études et de galères.
Mais, je dois beaucoup de cette réussite à un travail acharné pour oublier les revers que je subis dans ma vie personnelle. Ma vie personnelle est un désastre. Ma vie personnelle est en porte-à-faux avec mon vrai moi…
Je n’arrive pas à mettre le mot juste sur ma situation. Échec???? Non!!!!

Non que j’ai peur de ce mot mais parce qu’il ne traduit pas réellement ce que je vis.

J’aime à la folie un homme et me suis mariée à lui, est ce un échec???
Chaque instant passé avec lui est un bonheur, est-ce un échec???
Le partager au quotidien est mon malheur, est-ce cela l’échec???
Mon statut de Niarel dans la société dans laquelle je vis n’est point un échec mais je le vis comme tel personnellement …Car je vais devenir quelqu’un d’autre… Je ne suis plus la même, la polygamie a fait ressortir ce qu’il y a de pire en moi…

Je suis devenue une Niarel… Je joue le jeu de la rivalité (defante)
Je me fais avoir au jeu du paraître auquel la société, ma belle famille m’a poussée… Et je deviens un pion, leur pion (et pour une forte personnalité comme moi, m’en rendre compte bien plus tard me fera descendre dans les profondeurs de la dépression).
On crée des situations de tension lors de cérémonies entre la Gourgandine et moi et nous devenons les actrices principales de leur théâtre et ils s’en amusent…
Nous faisons le bonheur des charlatans et marabouts de nos connaissances…
J’en perds mes plus grandes convictions et mon objectivité. Je suis obnubilée par la rivalité et je subis tant de coups et de trahisons que je me réfugie dans le surnaturel pour l’expliquer…
Je me cherche, je suis perdue…
Je dépense follement en bijoux, tenues, griots pour toujours paraître la plus heureuse…
J’affiche un bonheur que je ne ressens pas…
Je suis énormément entourée et je me sens étrangement seule…..

La gourgandine me harcèle moralement, tenant le premier rôle dans la tragédie de sa vie et de la mienne avec toute la prestance qui sied, au plus grand bonheur des téléspectateurs, composée de notre belle-famille, de nos soi-disant amis et de tous ceux qui déclarent lui/nous vouloir du bien. Je me laisse aller, dépressive toutes les nuits, surboostée le matin pour endosser mon rôle.

Buur fuit régulièrement les crises , témoin de mon mal être et voyage de plus en plus seul pour ses affaires…

La compressor n’a plus sa joie de vivre légendaire, elle fait semblant devant les gens…
La compressor n’est plus douceur, câlins, tendresse….elle est désormais invectives, colère, larmes, douleur…
Je sombre…
Je n’en peux plus…
J’ai supporté beaucoup de coups…
Je vais le quitter…
Je vais divorcer…
Je suis OUT.

J’annonce la nouvelle à Buur. Il est abasourdi, il sait que je suis à bout mais il a toujours pensé que notre Amour transcenderait toutes les difficultés. Il parle, me prend et me serre dans ses bras…

Je ne cède pas, c’est décidé je reprends ma vie entre mes mains, je reviens à Moi.

Buur appelle au secours ma Badiene et toi… C’est décidé un retour aux sources s’impose et la famille va me requinquer; petit break familial donc…
Conseils… Compassion sont au rendez vous. Rappel à l’ordre sur la religion…

Et je cède une fois encore…
Je regagne le foyer conjugal…
Avec comme mot d’ordre l’acceptation (mougn)…
D’autant plus que Buur rencontre des difficultés dans ses affaires (la politique est passée par là!)
Je ne peux décemment pas le lâcher en ce moment.
Je redécouvre la prière, les bienfaits de la prière, l’apaisement de la religion, l’espérance de la foi et j’y vais à fond…
Je fais le tri dans mon entourage,
Je m’éloigne de la belle-famille,

Je bosse deux fois plus pour ma carrière et pour soutenir mon Homme… Je l’aide à gérer ses deux foyers sans état d’âme…

Je choisis le bon côté de la polygamie, j’ai deux jours à moi dont je profite à fond pour faire ce que j’aime. Je renoue avec la lecture ma deuxième passion, je reprends à nouveau mes études…
Et j’essaye de reprendre ma vie avec Buur…

Mais beaucoup de choses se sont passées et même si je l’aime toujours je lui en veux …

Je lui en veux de n’avoir su m’aimer comme je souhaitais l’être … Je lui en veux de ces silences coupables… De son manque de parti pris en ma faveur (de l’autre côté on lui reproche d’avoir pris parti pour moi!)

Je ne le regarde plus seulement avec Amour mais aussi avec rancune, et mes yeux ne sont que reproches et regrets… Je suis amère….

Nous ne nous retrouvons que dans notre lit où j’oublie tout et nous redevenons les amants du premier jour… C’est d’ailleurs ce qui va nous retenir… Nous nous redéclarons notre Amour chaque nuit mais le matin le quotidien nous vole nos serments…

Buur est l’Homme de ma vie, je l’aime, mais je ne peux décidément plus vivre la vie qu’il m’a donnée, je ne peux plus accepter de vivre par procuration, ni de subir tous ces coups, c’est trop pour moi.

Je découvre que je suis enceinte… De trois mois à mon insu, lors de cette fameuse nuit… Le cadeau du ciel après toutes ces emmerdes… une bénédiction dans cette mare de tourments… Je reçois dans le même temps, complètement par hasard, une proposition de travail dans un autre pays.

Je décide de partir, non de le quitter lui mais de quitter cet environnement toxique qui m’empoisonne… Je fuis cette rivalité au quotidien qui me stérilise… Oui j’abdique… Elle a gagné… Je vais vivre ailleurs, loin d’elle… Loin des deux jours de tour. Et je vais me créer un nouveau statut, mon statut, celui de MARIBATAIRE…, et vous pouvez appeler ma fuite un “EXIL MARITAL” (du jamais vu, lol)

Je deviens monogame sur mon lieu de résidence le temps de sa présence et lorsqu’il n’est pas là, ben il n’est simplement pas là, je gère ma carrière et mes enfants. Je me réconcilie avec la plupart de mes convictions.

Je suis la Compressor
Je suis Cadre supérieure
Je suis Executive Woman
Je suis deux fois maman
Je suis deuxième Femme
Je suis MARIBATAIRE, bon ok, EXILEE MARITALE
Et alors ????

 

 

 

 

 

 

Si vous êtes nouveau par ici, vous devriez commencer par lire les précédentes parties:

13 Commentaires

  1. Avatar

    Merci!

    Réponse
    • Jeela F.

      Merci à toi

      Réponse
  2. Avatar

    Tellement instructive ! Merci pour toute cette objectivité car malgré tout tu as su ne pas te ”perdre” dans cette masquarade timultueuse que la societé impose aux epoux srtt s’ils sont dans 1e union polygame.
    Bon vendredi et prends soin de toi 😍😍

    Réponse
  3. Avatar

    Wa Compressor fo dieum? Dinagn la namm deh, han! Bravo pour cette chronique 😉

    Réponse
  4. Avatar

    Que d’émotions, que de combats pour cet homme! Vous êtes une femme merveilleuse et intelligente sachez épargner ces souffrances à vos filles.Merci pour cette chronique qui nous a appris beaucoup sur les femmes africaines et leur courage.

    Réponse
  5. Avatar

    Chro instructive et objective. Plaisir de te lire

    Réponse
  6. Avatar

    c’est si vite fini! merci beaucoup pour avoir partagé une partie de “tes petits rien”. merci il faut vraiment un esprit ouvert , beaucoup de générosité et d’humilité… nous restons à l’affût d’autres “petits rien” et espérons
    qu’ils seront aussi captivants que MOI, CADRE SUPÉRIEURE ET DEUXIÈME FEMME

    Réponse
  7. Avatar

    Ohhhhh mon anti-stress. Tu vas me manquer. Reviens vite avec ta belle plume.

    Réponse
  8. Avatar

    MachaAllah j’ai tout simplement adorée, ça ne me surprend pas! A suivre… dukokalam

    Réponse
  9. Jeela F.

    Merci à vous, merci de m’avoir suivi pendant tout ce temps.

    Réponse
  10. Avatar

    Un grand bravo j’ai adoré

    Réponse
  11. Avatar

    Oh diekh na ndeysane!!! Compressor tu nous manqueras.
    Zoubi, j aurai aime avoir l histoire du point de vue de la gourgandine, vivre sa souffrance et ses desillusions.
    La polygamie, prise du point cote, vecue de maniere saine, peut etre un bon arrangement entre plusieurs femmes et un homme mais c est tres rarement le cas et c est dommage.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

D’AUTRES PETITS RIENS…

Destins froissés

Destins froissés Il y'a des jours comme ça où brûler le feu est meilleur.Éviter le statique destin dans ces yeux de vivants aux arrêts. Parce que, pour beaucoup, ce n'est pas rose. Comme une vie à l'arrêt. Au rouge.S'arrêter pour ne presque plus repartir.Les rêves ?Il...

L’envol du Xalam 2

C'est l'histoire d'une bande de potes, qui a inventé sa propre musique. Préférant renoncer à la facilité, vivre dans le dénuement pour revenir encore plus fort. Le Xalam 2. https://soundcloud.com/dukokalam/lenvol-du-xalam-2/s-O2X112nTjST

6 ans dans nos vies

Je n’aime pas le mois de juillet, je crois que c’est un sujet que je n’ai jamais réellement abordé. Je ne l’ai, en vrai, jamais assumé. Avec toujours cette peur que l’énoncer le rende réel. Vous connaissez certainement ce sentiment, qu’on pourrait aussi appeler...

Suivez nous sur: