Miroir Maîtresse d’un homme marié – Episode 17

par | 5 Avr, 2019 | Nouvelles | 0 commentaires

(Durant la diffusion. Un salon. Une famille sénégalaise. La femme de ménage-Kiné. Tous, l’espace d’un instant happé par le petit écran)

Wa kii war na door Noura nii quand ses parents ne sont pas là (Comment se permet-elle de maltraiter la petite Noura ainsi)

Li may wax chaque jour ci jank yi, mi ngi nii! (c’est ce que je le tue à dire tous les jours sur les femmes de ménage). On ne peut pas leur faire confiance. Elles sont juste un mal nécessaire ! Tchiiippp!!!! Aka bonn ta soxor ! Li de ku ko def sama doom dama lay rayy rek, ñu tejj ma! (Qu’est ce qu’elle est mauvaise ! Je ne permets à personne de faire ça à mon enfant. La première qui va s’y essayer aura affaire à moi. Quitte à me retrouver en prison).

(Générique de fin)

– Kiné tangalal reer bi guddi na!
(Kiné tu peux réchauffer le dîner, il se fait tard!)
Waw kay amo moroom ! (Tu es la meilleure !)
Teyy dama sonn torop (Je suis épuisée). Xaaral ma jog yekk (je vais servir).
Ana Papi tëd na? Sangu na? Mayyoon nga ko mu reer?
(Papi est couché? Tu lui as donné sa douche? Tu lui avais fait à manger?)
– Waw (oui)

Du Kokalam

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

D’AUTRES PETITS RIENS…

Destins froissés

Destins froissés Il y'a des jours comme ça où brûler le feu est meilleur.Éviter le statique destin dans ces yeux de vivants aux arrêts. Parce que, pour beaucoup, ce n'est pas rose. Comme une vie à l'arrêt. Au rouge.S'arrêter pour ne presque plus repartir.Les rêves ?Il...

L’envol du Xalam 2

C'est l'histoire d'une bande de potes, qui a inventé sa propre musique. Préférant renoncer à la facilité, vivre dans le dénuement pour revenir encore plus fort. Le Xalam 2. https://soundcloud.com/dukokalam/lenvol-du-xalam-2/s-O2X112nTjST

6 ans dans nos vies

Je n’aime pas le mois de juillet, je crois que c’est un sujet que je n’ai jamais réellement abordé. Je ne l’ai, en vrai, jamais assumé. Avec toujours cette peur que l’énoncer le rende réel. Vous connaissez certainement ce sentiment, qu’on pourrait aussi appeler...

Suivez nous sur: